Accueil > Media > Documents > Compte-rendu du week-end de formation au Mont Rigi 2010

Compte-rendu du week-end de formation au Mont Rigi 2010

Article rédigé le samedi 6 février 2010

Apprendre c’est changer dit-on parfois. En effet, au fil des apprentissages, on devient quelqu’un d’autre, on transforme sa vision du monde et des problèmes.

Rien de tel donc, pour apprendre, que de changer d’air et de paysages !

Voilà donc, peut-être pourquoi le week-end de formation des jeunes Alter’actifs, le groupe des jeunes d’Entraide et Fraternité, se déroule depuis quatre dans un cadre dépaysant par excellence : la Réserve Naturelle des Hautes-Fagnes.
Et voilà sans doute aussi une des clés de son succès !

Pour sa quatrième édition consécutive, la mise au vert de nos jeunes s’était transformée en mise au blanc, puisque 50 cm de poudreuse avait donné à l’Est de la Belgique des allures de Grand Nord… ce fut donc tout plaisir pour les yeux, mais légèrement perturbant pour les déplacements des quelques 30 jeunes participants et de la dizaine d’intervenants.

Se former à la thématique de la campagne de Carême dans une ambiance conviviale, voilà ce que proposait le Service d’Animation Jeunes d’EF, avec un fil rouge intitulé « Femmes du Nord, femmes du Sud, résister pour exister ».

Dès la première soirée le ton était donné avec le témoignage de Nicole, féministe engagée, et un débat passionné sur la pertinence de la lutte contre les discriminations sexistes aujourd’hui et chez nous. Il est piquant de constater à quel point cette question touche les gens profondément et personnellement : si tout le monde, dans un premier temps, convient qu’il y a d’insupportables inégalités entre hommes et femmes, y compris chez nous, et que ces dernières doivent être abolies, très vite les questions abordées débordent sur le plan personnel : on se justifie, on se démarque, on s’explique : « je ne suis pas sexiste et je ne suis pas concerné personnellement par les injustices faites aux femmes » est une phrase que l’on a entendu souvent en différentes versions… et pas seulement dans la bouche des hommes !

Après cette mise en bouche et une première nuit « en altitude », on entamait la grosse journée du samedi avec un trio d’animation : Dolorès, Carmelina et Jonathan, nous ont à tour de rôle, fait ressentir le poids des préjugés de genre dans nos propres comportements et convictions. Ils nous ont fait comprendre la priorité de l’amélioration de la condition de la femme pour tendre vers un développement durable et global et ils nous ont présenté des cas concrets de la situation des femmes dans les pays du Sud.

Après un premier bol d’air et un repas (bio, équitable, local), on vivait un vrai temps fort de ce week-end avec le témoignage de Sabine Kakunga, chargée de projets- Afrique au CNCD.
Une magistrale synthèse de la situation politique, économique et sociale dans l’Est de la République Démocratique du Congo, ponctuée d’anecdotes personnelles parfois souriantes mais le plus souvent poignantes. Oui, cette région d’Afrique est un condensé de ce que le Sud connaît comme crises : crise alimentaire, crise de l’Etat, crise sécuritaire etc… Au premier rang des victimes : les femmes paysannes !
On restera marqué par ce plaidoyer pour la dignité et le droit de ces dernières !

Il nous faudra donc bien l’après-midi pour décompresser et profiter, à pied ou a ski, de la neige exceptionnelle et de la beauté des paysages.

En soirée, le magnifique film de Thierry Michel, « Katanga Business », viendra, comme en écho à l’exposé de Sabine, nous rappeler que le Congo est bien malade « de ses hommes », dont l’avidité et la cupidité sans limite acculent la majorité de la population à la misère.

Après une traditionnelle veillée arrosée à la Moinette (bio, équitable et presque locale), on repartait avec entrain pour une matinée dédiée à Vivre Ensemble et à la question de l’exclusion sociale chez nous. Sous la houlette de Paul, un débat fut mené sur la véritable signification du mot « pauvreté » en Belgique. Une réflexion qui se poursuivra durant la balade contée dans les Fagnes et durant laquelle on put se rendre compte que les femmes paysannes, dans nos contrées aussi, il n’y a pas tellement longtemps, portaient bien des fardeaux sur leurs épaules.

L’après-midi on repartait pour l’Afrique, avec un compte-rendu du voyage relais des jeunes à l’été 2009 au Rwanda et au Burundi. L’occasion de jeter, en avant-première, un œil sur le film ramené de ces deux pays aux mille collines.

Le week-end s’achevait alors déjà par la présentation de pistes concrètes d’engagement citoyen pour les jeunes au côté d’Entraide et Fraternité.

Un fois de plus, cette activité a donc été une réussite dont les ingrédients sont désormais bien connus : un cadre unique (encore embelli par la neige) ; un groupe d’une trentaine de jeunes participants venant d’horizons divers avec une vraie envie d’apprendre, de débattre mais aussi de faire connaissance avec d’autres jeunes « engagés » ; un panel d’une dizaine d’invités « de haut vol » qui apprécient de partager leurs analyses de façon conviviale et interactive ; un « mix » d’activités alliant apprentissage et convivialité.

Une seule conclusion s’impose : vivement la campagne de Carême, que « nos » jeunes puissent mettre en pratique leurs apprentissages … et vivement l’année prochaine.

A lire aussi à ce sujet